10 mai 2017

La symphonie des Abysses de Carina Rozenfeld

Résultat de recherche d'images pour "la symphonie des abysses"
Présentation Du livre : 
 

Titre : La Symphonie des Abysses livre II
Titre Original : La Symphonie des Abysses livre II   
Auteur : Carine Rozenfeld
Traducteur : //
Saga : La symphonie des Abysses
Tome : 2 
Date de sortie : 2014
Nombre de pages : 415
1er Éditeur : Robert Laffont
Éditeur Poche : //
Collection :Collection R
Genre(s) : SF, Aventure
Prix : 17, 90 €
Spoiler : très peu
Lecture Commune : Les lettres de Sel.  

  

Résumé : 

UNE NOUVELLE VILLE, DE NOUVELLES LOIS, LES MÊMES INTERDITS.
Abrielle et ses compagnons croyaient s'être enfin affranchis du tyrannique Règlement Intérieur. Hélas, ils vont découvrir que les rêves qu'ils portent en eux ne pourront jamais s'exprimer dans l'enceinte du Mur. Mais leur rencontre avec Eyal, jeune homme assoiffé de vérité, va faire renaître l'espoir.
AUCUN MUR AUSSI HAUT SOIT-IL NE PEUT ÉTOUFFER LES CŒUR ÉPRIS DE LIBERTÉ.
Car un passage vers l’extérieur existe bel et bien. Pour y accéder, Abrielle et ses amis vont devoir vaincre les terribles gardiens qui le défendent farouchement...
C'EST EN ÉTANT PERSONNE QUE L'ON PEUT DEVENIR QUELQU'UN.

Mon avis  :

Nous y voilà. J’ai enfin pu découvrir la suite et fin de La symphonie des Abysses de Carina Rozenfeld. Plus de trois ans après quand même. Et je remercie la miss Thallia du blog Les lettres de sel sans qui ce livre serait encore dans ma Pile à Lire.
 
Dans ce tome, nous allons faire la rencontre d’un nouveau personnage Eyal qui vie dans une partie de l’atoll comme nos précédents protagonistes. A portes. Eyal est ce qu’on appel dans son patelin « un mélangé » comprendre un métisse, d’une mère blanche et d’un père noir. Et c’est tout là son problème puisque Portes est le coin de l’atoll qui est divisé en deux parties la basse ville et haute ville, l’une pour les sombres et l’autre pour les clairs (pas certaine de l’ordre). Mais voilà, Eyal est un mélange des deux et donc n’est le bienvenu nulle part. Mais son père, le maire de la ville des sombres, les recueils sa mère et lui dans sa maison en tant qu’employés, histoire de sauver les meubles. Tout au long de ce roman nous allons apprendre à faire sa connaissance et celui de son monde.

Je me souviens quand j’avais fait la connaissance d’Abrielle, j’avais beaucoup aimé ce personnage et je m’étais plutôt bien attachée à elle. Un peu moins pour Cahill et Sand mais alors là, je vous avoue, que le personnage en lui-même de Eyal ne m’a pas du tout intéressé, idem pour sa petite sœur Yael. J’ai même trouvé toute la partie qui les concerne longue et ennuyeuse (excepté quelques rares moments qui m’ont beaucoup plus, notamment ceux à la bibliothèque ou la relation entre eux).

Plus j’avançais et plus l’envie d’abandonner le livre me traversait l’esprit. En plus des longueurs, j’ai trouvé que l’auteur s’attardait sur des moments qui non seulement, ne m’intéressaient pas, mais en plus, ne servaient pas du tout à l’histoire et la ralentissait… Et puis, je réussis à me convaincre qu’il fallait le terminer pour que je puisse connaitre le fin mot de l’histoire. J’avoue que s’il ne s’agissait pas d’un diptyque, j’aurais déjà abandonné…  parce que lire encore un tome long comme ça… Non ça n’aurait pas été possible…

D’ailleurs, outre le fait que j’ai continué pour faire honneur à la lecture commune avec Thallia, je voulais aller jusqu’au bout parce que mine de rien, l’auteur nous propose ici comme dans le premier tome une histoire originale tout de même… j’ai encore été une fois totalement enchantée par cette histoire de musicalité et les réponses qui nous ont été donné… et c’est à mon sens ce qui sauve le récit… Sans ça, le livre n’aurait aucune saveur…

Parlons-en justement de l’originalité. C’est à la fois le principal atout du roman et en même temps son principal défaut. Ce n’est pas possible me direz-vous, Et pourtant… C’est évidement, quand l’originalité prime, on peut être certain que l’on va découvrir une super histoire, mais quand celle-ci est exagérée, ça tue un peu la crédibilité de la structure du roman, que l’auteur à mis en place… Et là encore vous pourriez me dire, mais tu sais que c’est de la SF, donc on peut tout inventer, même si ce n’est pas crédible. Oui, et vous auriez raison de me reprendre la dessus… Mais quand un auteur invente un monde imaginaire original, et que ce monde plait, (parce que c’est l’effet qu’à eu la symphonie des Abysses sur beaucoup de lectures) il faut parfois savoir se contenter de peu… J’ai trouvé que l’auteur allez vraiment trop loin. Au même titre qu’elle a passé beaucoup de temps sur les scènes ni intéressantes, ni importantes, j’ai trouvé qu’elle avait donné trop de crédits inutiles à ce côté « originalité et crédibilité ».

Un autre point qui m’a sérieusement agacé, c’est la structure même du roman. Je me suis ennuyée les trois premiers quarts du livre (c’est long, très long) et puis d’un coup, les réponses pleuvent. Alors oui c’est un sentiment vraiment extra que d’enfin comprendre le pourquoi du comment ; de réaliser que les réponses aux questions qu’on se posait étaient à mille lieux de ce qu’on avait pu imaginer. De comprendre avec exactitude chaque élément important que l’auteur à mis en place dans son récit… Et de se dire : « Ah ouais d’accord… vachement intéressant ce point de vue ». Je me souviens qu’à chacune de ces révélations, je me disais : « mais c’est incroyable l’imagination qu’à cet auteur… » Mais voilà, c’est arrivé trop vite, les réponses s’enchainaient les unes après les autres, et puis sans que je m’en rende compte, j’avais déjà fermé la dernière page.

Une dernière page plus que frustrante… L’auteur à cru bon de créer une ouverture afin, j’imagine de laisser cette fois-là ses lecteurs faire travailler leur propre imagination et inventer mille et une aventure aux protagonistes. Mais j’ai trouvé que cette fin, appelle plus à une réelle suite qu’à de la simple imagination. J’ai refermé le livre avec encore plus de questions que je l’aurais voulu.

Plus haut, je parle de scènes inintéressantes. Il y a en pas mal. Et cela, m’a beaucoup dérangé parce que comme précisé précédemment, la fin du livre étant composé de beaucoup d’éléments de réponse, j’ai trouvé justement que l’auteur n’accordait pas assez d’intérêt à ces réponses importantes et que mine de rien, nous lecteurs nous attendions depuis le premier livre du diptyque. Quand par l’exemple l’auteur nous parle des différents mondes qu’il y a dans l’atoll, Elle nous donne l’information et point. J’aurais largement préféré plus de détails dans les explications du monde, l’atoll comme le reste du monde, plutôt que le passage par exemple avec les gardiens… qui soit dit en passant a été bâclé mais à un point sidérant…

Et puis pour finir, cette fin trop rapide à mon sens était à la fois trop facile. Trop lisse. Un obstacle à franchir et nous voilà hors de l’atoll… la suite un chouia Bisounours à mon goût… Mais là ou je pense que l’auteur à faite erreur c’est dans la profondeur même de son récit. On se demande pourquoi elle a écrit ce livre. Apporte-t-elle quelque chose de nouveau à tous ces mondes ? Cherche-t-elle à dénoncer quelque chose en particulier ? Défend-elle des opinions bien définies. Cherche-telle à faire un lien entre ce monde et le notre ? Ma question à moi c’est : Ou veut-elle en venir. Malheureusement, je n’ai pas la réponse à cette question.
 
En conclusion, je dirais que si vous avez découvert le premier tome de la symphonie, et que vous avez aimé l’univers, alors rien que pour comprendre l’histoire lisez le second tome, mais ne vous attendez pas à quelque chose de grandiose…

Quelques mots sur l'auteur :

Résultat de recherche d'images pour "Carina Rozenfeld"
Carina Rozenfeld
Nationalité : Française   
Né(e) à : Paris le 13 février 1972
 
Née le 13 février 1972 à Paris, Carina Rozenfeld rédige ses premiers écrits à l'âge de 10 ans1. Elle fait d'abord des études dans le domaine de la géographie et de l'urbanisme, pour ensuite se diriger vers le monde des livres en travaillant pour Hachette Tourisme2. Elle entame ensuite une carrière de journaliste et se spécialise dans la presse destinée aux jeunes lecteurs1. Enfin, en 2004, à l'âge de 32 ans, elle publie son premier roman Lucille et les dragons sourds aux éditions Kryos, le livre sera traduit en Allemand. Carina Rozenfeld se fait connaître en 2008 à la suite de la publication de Le Mystère Olphite aux éditions L'Atalante et de Le Livre des âmes aux éditions Intervista dirigées par Luc Besso
 
Ma note : 
  09/20

19 sept. 2016

1Q84, livre 3 Octobre-Décembre de Haruki Murakami

Couverture 1Q84, tome 3 : Octobre-Décembre
Présentation Du livre : 
 
Titre : 1Q84  Livre 3
Titre Original :1Q84  
Auteur : Haruki Murakami
Traducteur : Hélène Morita, Yôko Miyamoto
Saga : 1Q84
Tome : 3 
Date de sortie : 2013
Nombre de pages : 619
1er Éditeur : Belfond
Éditeur Poche : 10|18
Collection ://
Genre(s) : Contemporain
Prix : 9, 80 €
Spoiler : Non
  
Résumé : 
 
Ils ne le savaient pas alors, mais c'était là l'unique lieu parfait en ce monde. Un lieu totalement isolé et le seul pourtant à n'être pas aux couleurs de la solitude. Le livre 3 fait entendre une nouvelle voix, celle d'Ushikawa. Et pose d'autres questions : quel est ce père qui sans cesse revient frapper à notre porte ? La réalité est-elle jamais véritable ? Et le temps, cette illusion, à jamais perdu ? Sous les deux lunes de 1Q84, Aomamé et Tengo ne sont plus seuls...

Mon avis  :

Encore une fois c’est 100 ans après avoir lu un livre que je m’en viens le commenter sur mon blog. Et ça, c’est pour ne pas déroger à la règle… Je vous présente donc le dernier (???) livre de la série 1Q84 de Haruki Murakami, le livre 3 donc.

On m’avait superbement bien vendue cette série… et après les deux premiers livres, malgré des lectures difficiles, j’avais beaucoup aimé le monde de l’auteur… Mais pour ce qui est de ce troisième livre eh bien, je suis complètement restée sur ma faim…

En faite, comme les deux premiers tomes, pendant ma lecture, je pouvais encore dire que ce livre fut tout aussi bon que les deux premiers, que l’effet est resté continuellement le même, et cela me plaisait bien, puisque l’univers de l’auteur m’avait complètement happé… Mais voilà, la fin arrivait à grand pas, et cette fin ressemblait à tout, sauf à une fin justement…

Je me demandais comment tout cela allait se terminer, est-ce seulement dans les toutes dernières pages que nous aurons toutes, et je dis bien TOUTES les réponses  à ces nombreuses questions que je n’ai cessais de me poser au fil de ces quelques 1663 pages (les 3 tomes). Mais non, rien de tout cela. Non seulement pour moi la fin n’en ait pas une, j’ai eu l’impression que l’auteur avait tout simplement posé sa plume et cessé d’écrire au milieu d’une phrase qu’il aura laissé en suspens, mais en plus, plus j’avançais et approchais de la fin du livre, et plus l’auteur faisait naître en moi d’autres questions…

Nombre de questions qui d’ailleurs reste sans réponses au final. Bref, une déception pour moi ce dernier livre, puisque j’attendais des tonnes d‘explications  que je n’ai pas trouvées, mais en plus j’attendais également une fin explosive qui ne sait pas non plus présentée… C’était évident que les deux protagonistes allaient se retrouver dans l’un des deux mondes (cela nous ait si souvent répété de manière si certaine que le doute n’est même pas permis. Je pensais que l’auteur allait nous présenter ça de manière aussi originale que l’ait l’œuvre complète en elle-même, mais non, RIEN… NADA…  

Je trouve cela dommage d’autant plus que je pars avec l’impression de passer à côté de quelque chose que je n’ai pas su saisir, qui me laisse ce goût amer. Je me suis tout de même demandais si cette fausse fin ne présenterait pas une suite probable… au moins pour toutes les interrogations qui se posent dans ce dernier opus et qui resteront donc un mystère complet pour moi.

En résumé, je sors un peu déçue de cette lecture (ce qui me rend triste vu à quel point j’avais aimé les deux premiers livres) parce la sensation qu’il manque des pages s’est trop fait sentir et je n’ai pas été satisfaite par la fin simpliste (tout le contraire de la trilogie toute de même) que l’auteur a proposé…

Quelques mots sur l'auteur :


Haruki Murakami
Nationalité : Japonaise  
Né(e) à : Kyoto 1949
Fils d'un enseignant de littérature japonaise en collège, Haruki Murakami passe son enfance avec ses livres (« j'étais un enfant unique, solitaire, inquiet. Je passais mes journées enfermé, avec mes chats et mes livres. [...] j'ai tout de suite senti que la fiction était plus belle que la vie. »4) et ses chats (« Je suis enfant unique et j'avais des conversations avec les chats que nous avions à la maison. »). Adulte, il opte pour les arts théâtraux et souhaite devenir scénariste de cinéma.
Après ses études à l'université Waseda, il est pendant huit ans (de 1974 à 1981) responsable d'un bar de jazz, le Peter Cat, dans le quartier de Kokubunji à Tokyo. (Des anecdotes de ces années seront évoquées plus tard dans ses deux recueils d'essais-souvenirs Portrait en jazz, 1997 et 2001.) Comme en témoigne l'animal éponyme de son bar, Murakami reste un passionné des chats, et l'on remarque la présence récurrente de cet animal dans sa littérature.
Ses expériences d'étudiant et de travail nourrissent son premier roman, le réaliste Écoute le chant du vent, publié au Japon en 1979, et pour lequel il reçoit le prix Gunzō. Depuis, Murakami préfère alterner son écriture entre l'« épreuve » des romans et la « joie » des nouvelles6, les secondes étant « une sorte de laboratoire » nourrissant les premiers.
 
Ma note : 
 
 13/20
 

9 sept. 2016

Bilans des mois de juillet et août 2016


Reading love reprend du service après une pause (coupure internet et envie d'autre chose). Je commence avec le bilan (en retard pour ne pas déroger à la règle) des mois de juillet et d'août. J'ai lu ces derniers mois 17 livres que voici en image...

Les livres du mois de juillet :

   
 

Les livres du mois d'août :

   
   
   

Ce fut pour moi un bon bilan parce que cela faisait longtemps que je n'avais pas lu autant de livres en un mois (12 livres en Août). J'ai lu 5834 pages. Dans l'ensemble, il y a eu de bonnes lectures et d'autres moins bonnes. 

trois grandes déceptions : "Cadavre 19" de Belinda Bauer et "Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers" de Benjamin Alire Saenz et "Hush" de Kate White. Et aussi de coups de coeur : Purgatoire des innocents de Karine Giebel et "L'enfant" de Maria Montessori. 
 Deux très bonnes lectures : La loi du coeur de Amy Harmon et Qu'attendent les singes de Yasmina Khadra.
Pour les autres livres, ce furent de bonnes lectures qui m'ont permis de passer de bons moments. 
Quant au livre III de 1Q84 de Haruki Murakami, je suis totalement restée sur ma fin, alors que j'avais énormément aimé des deux premiers livres...

31 juil. 2016

Le dimanche, c'est le Word's Challenge Week (Session #4)

 
Voici pour ce 31 juillet 2016 la 4è session du WCW (j'ai malheureusement eu un contre temps pour le dimanche du 24 juillet 2016 donc on repart tranquillement aujourd'hui...
 
Il y a deux semaines, le mot choisit était...
 
  Couverture Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers

[...Secret, j'ai donc lu Aristote et Dante découvrent les Secrets de l'Univers. Quelques mots sur cette lecture : Au vu des notes de ce roman, je m'attendais à LA LECTURE DE L’ANNÉE (pas du mois hein, non, de l'année) et bien, on en est bien loin... très loin même, je fais partie des rares personnes qui n'ont pas aimé ce livre... j'exposerai les raisons dans ma chronique...






Cette semaine, le mot en question est : Trouble

J'ai choisit pour ce mot de lire "Passé trouble" d'Elizabeth Thornton aux Éditions J'ai lu dans la collection "Aventures et Passions. Ce livre est dans ma PAL depuis exactement le 5 février 2013, c'est vous dire à quel point ce challenge me plait, donc il est bien temps que je l'attaque... c'est donc pour moi une bonne pioche...

 Livre choisit :
 
 
Présentation Du livre : 
Titre : Passé trouble
Titre Original : You only love twice
Auteur : Elizabeth Thornton 
Traducteur : Ruth Stegassi
Saga : //
Tome : // 
Date de sortie : 2000
Nombre de pages : 317
1er Éditeur : //
Éditeur Poche : J'ai lu
Collection : Aventures et Passions
Genre(s) : Romance, Historique
Prix : 6, 50 €
 
 
Résumé : 

" Il fait sombre. Une pluie fine tombe sans relâche, pénétrant dans le sous-bois. Jessica entend le bruit des gouttes et sent l'odeur de la végétation mouillée. Un homme est tapi derrière un arbre. Il a couru et sa respiration est haletante. Mais la main qui tient le pistolet ne tremble pas. Terrifiée, Jessica se recroqueville dans l'attente de la détonation... " Le crime remonte à trois ans déjà mais le traumatisme a été si violent que la jeune fille en a perdu la mémoire. Seule trace de son passé, cette scène horrible ne cesse de la hanter. La victime, c'est son père. Elle le sait parce qu'on lui a dit qu'il a été assassiné. Mais on n'a jamais retrouvé le meurtrier. Peut-être est-ce lord Dundas, le nouveau propriétaire de Hawkshill Manor ? Non, c'est absurde ! S'il avait commis ce forfait dans le seul but d'agrandir son domaine, il n'aurait pas accepté de louer le manoir à Jessica pour un prix aussi ridicule... Mais pourquoi est-elle aussi troublée en sa présence ?
 ____________

Pour ceux qui souhaitent y participer, mais qui n'ont pas le temps ou l'envie de préparer les mots, voici pour vous des listes de mots ou vous pouvez piocher pour participer...  (J'explique dans le règlement que ces mots doivent provenir des participants, mais comme le challenge débute à peine, c'est donc moi qui proposera les mots au départ).

Premier choix : 5pts
  1. Condition
Deuxième choix : 4pts
  1. Crocodiles
  2. Symphonie
Troisième choix : 2pt
  1. Toi
  2. Raison
  3. Aimer
Petit rappel : N'oubliez pas d'aller lire le règlement ici, pour bien comprendre comment fonctionne le challenge. Rien est obligatoire, il s'agit juste de pistes pour vous guider... mais c'est mieux si vous suivez les règles. Et aussi de venir présenter votre livre choisit en commentaire. Je ferais un récapitulatif sur l'article que pour ceux qui auront donné leur choix de lecture...
 
Bon challenge à toutes et à tous.